Archives : Dossier

30 trucs et astuces pour débuter sur les warrants !

Après les 10 commandements des warrants en 2001 et les 20 règles d’or en 2002 que nous avions évoqué dans ces mêmes colonnes, nous avons voulu réactualiser le dossier spécial débutant en y ajoutant quelques nouveautés et vous donner ainsi les 30 trucs et astuces à connaître pour bien commencer l’investissement en warrants.

 

1/ Savoir ce qu’est un warrant !

Un warrant vous donne le droit d’acheter (Call) ou de vendre (Put) à un prix fixe d’exercice (strike) un sous-jacent, jusqu’à une date prédéterminée (maturité ou échéance). Pour exercer ce droit il faut détenir un certain nombre de warrants (parité) qui s’échangent sur Euronext selon une quotité minimale de négociation. Son principal avantage est de permettre à l’investisseur de disposer d’un effet de levier ou élasticité par rapport aux mouvements du sous-jacent.

 

2/ Les warrants ont différents profils de risque

En fonction de ses caractéristiques, un warrant est plus ou moins risqué, plus ou moins sensible aux variations du sous-jacent. Adaptez votre choix au risque que vous êtes prêt à prendre. D’une manière générale, plus le warrant dispose d’une date de maturité courte ou plus le prix d’exercice est élevé (Call) ou bas (Put) c’est à dire « en dehors de la monnaie » (par opposition au warrant dans la monnaie : strike < au cours du sous-jacent pour les Calls, et > au cours du SJ pour les Puts), plus le warrant sera réactif aux mouvements du sous-jacent et plus il sera en contrepartie risqué.

 

3/ Construire son scénario d’investissement…

Avant d’investir sur un warrant il faut développer un scénario d’investissement, autrement dit une anticipation de mouvement haussier ou baissier sur un sous-jacent. Si le cours du sous-jacent reste stable, la valeur du warrant va diminuer tous les jours du fait de la perte de Valeur Temps (voir point 6).

 

4/ …avec plusieurs sources d’informations

Presse financière quotidienne, hebdomadaires patrimoniaux, sites Internet d’informations  boursières, Analyse Fondamentale, Analyse Technique (à appliquer sur le cours du sous-jacent, jamais sur le cours du warrant)… Croisez vos sources d’informations pour réduire la marge d’erreur et ne vous dispersez pas trop. Il est d’usage de recommander de se concentrer sur 3 à 5 sous-jacents au maximum.

 

5/ Consultez plusieurs indicateurs techniques pour choisir un warrant

Il est préférable de toujours combiner Delta et Elasticité en choisissant le warrant le plus réactif, signalé par son Elasticité, pour un niveau de Delta convenable, compris entre 30 % et 60 % environ. Si vous ne consultez que l’élasticité, vous risquez de tomber sur des « penny-warrants » (moins de 5 centimes d’euro) dont l’utilisation est très risquée.

 

6/ Attention au Thêta.

Tous les jours le warrant perd une part de valeur temps. A mesure que l’on se rapproche de la maturité si le cours du sous-jacent reste stable, la probabilité de voir le warrant terminer dans la monnaie se réduit. Du coup, le prix du warrant baisse. Cette perte quotidienne est mesurée par le Thêta et est exprimée en centime par jour dans la cote. Exemple pratique : à 100 jours de son échéance un warrant perd environ 1 % par jour de valeur temps, à 50 jours de la maturité 2 %, à 20 jours 5 %, etc…

 

7/ Prenez aussi en compte la parité…

Pour comparer plusieurs warrants, il faut multiplier leur prix par leur parité. Sinon, vous pourriez vous étonner, à tort, qu’un warrant soit beaucoup moins cher qu’un autre ou que son « spread », c’est-à-dire l’écart entre le cours acheteur et le cours vendeur, soit plus serré.

 

8/ …et la quotité

Les warrants s’échangent uniquement selon un multiple de leur quotité (1000 sur les actions et les indices et 500 sur les devises). Si un ordre d’achat ou de vente ne respecte pas cette règle il n’arrivera pas dans le carnet d’ordre Euronext. Il ne pourra donc pas être exécuté.

 

9/ Attention aux « penny-warrants »

Un warrant cotant en dessous de 0,05 euro est souvent qualifié, à tort, de warrant « bon marché ». En fait sa valeur est proche de zéro parce qu’il ne vaut presque plus rien ! Très en dehors de la monnaie et de maturité proche, ces « penny-warrants » ont un Delta très faible et leur utilisation est difficile. La probabilité qu’ils terminent dans la monnaie est presque nulle.

 

10/ Evitez les warrants “ Bid-only ”

« Bid-only » (en anglais, « à l’achat seulement », ils sont indiqués par un astérisque dans la cote) signifie que l’émetteur n’en plus de warrants à vendre, il ne fait que les racheter. Dans ce cas là, vous n’achetez plus de warrants à l’émetteur, mais seulement à ceux qui souhaitent les revendre. Vous risquez de les payer trop cher. Si vous êtes en possession d’un warrant et qu’il devient ensuite « Bid-only » cela n’est pas grave mais contactez quand même l’émetteur pour connaître la situation.

 

11/ Choix du warrant pour un scénario court terme (2 à 3 jours) sur indice*

Si vous anticipez un mouvement de plus ou moins 10 % et que vous souhaitez vous positionner sur quelques séances boursières ou même en « intraday » – acheter et vendre des warrants pendant une même séance – il faut utiliser un warrant de maturité courte, environ 2 mois, à la monnaie ou légèrement en dehors (pas plus de 5 % en dehors de la monnaie). Un warrant à plus long terme peut être aussi adapté, mais il faut qu’il soit davantage en dehors de la monnaie pour être suffisamment réactif.

 

12/ Choix du warrant pour un scénario moyen terme (2 à 3 semaines) sur indice*

Si vous anticipez un mouvement  de plus ou moins 15 % et que vous souhaitez vous positionner sur 2 ou 3 semaines, il faut utiliser un warrant de maturité 3 à 4 mois, à la monnaie ou légèrement en dehors (5 à 10  %).

 

13/ Quel warrant pour un scénario long terme (2 à 3 mois) sur indice* ?

Enfin, si votre scénario d’investissement est à plus long terme : + ou – 15 % sur une période de l’ordre de 2 à 3 mois, il faut utiliser des warrants de maturités supérieures à 6 mois et des prix d’exercice allant dans la monnaie, à la monnaie ou jusqu’à 20 % en dehors de la monnaie.

 

14/ Informez-vous auprès de l’émetteur

L’émetteur reste une source d’information privilégiée**. En cas de doute sur le prix ou sur n’importe quelle donnée technique, n’hésitez pas à le contacter. Il vous donnera plus de détails et vous guidera dans le choix d’un warrant adapté à votre stratégie.

 

15/ Stratégies alternatives : couverture de portefeuille

Si vous anticipez une baisse de vos actions et que vous ne souhaitez pas les vendre, vous pouvez les protéger en achetant des Puts. Ils se valoriseront en cas de baisse et compenseront par leur performance la perte subie par votre portefeuille. Pour connaître le nombre de warrants adéquats pour protéger votre portefeuille, il faut faire le calcul suivant : nbre = (montant à protéger en actions / élasticité du Put warrant choisi) / prix du Put warrant sélectionné.

 

16/ Stratégie alternative : extraction de liquidités

Vous pouvez répliquer une position en action tout en mobilisant moins de capital en achetant des Calls. Leur effet de levier vous permettra d’avoir la même exposition aux variations du sous-jacent tout en investissant moins.  Nbre de warrant nécessaire = (montant à repliquer / élasticité du Call warrant choisi) / prix du Call warrant sélectionné.

 

17/ Pour connaître le prix du warrant, consultez le carnet d’ordre

Pour connaître le prix d’un warrant il faut consulter son carnet d’ordre. C’est ce qu’on appelle la fourchette de prix. Si vous regardez uniquement la dernière transaction ou le dernier cours coté et qu’il a eu lieu il y a quelques heures voire quelques jours, vous risquez d’être induit en erreur. Attention, les sites Internet d’informations financières donnent souvent, en cours de référence du warrant, le prix de la dernière transaction.

 

18/ Evitez les ordres à seuil ou plage de déclenchement

Très utiles sur le marché des actions, ils perdent de leur efficacité sur le marché des warrants. Ces ordres sont provoqués par une autre transaction au-delà du seuil ou à l’intérieur de la plage de déclenchement considérée. Mais il se peut malheureusement que la fourchette de cours de votre warrant se déplace au-delà de celles-ci sans que pour autant une transaction n’ait lieu. Or, sans transaction, l’ordre ne se déclenche pas et ne peut pas être exécuté. Si la fourchette de prix du warrant ressort de la plage ou revient en dessous du seuil que vous avez défini dans votre ordre, vous n’aurez pas profité du mouvement.

 

19/ Passez vos ordres à cours limité avec validité d’un jour

Le cours d’un warrant peut varier fortement dans une journée ou d’un jour à l’autre. Si vous passez un ordre à tout prix, sans limite de temps, vous risquez d’être surpris par le cours auquel votre ordre sera exécuté ou par le moment auquel il le sera.

 

20/ Respectez votre scénario d’investissement

Si le sous-jacent évolue dans le sens attendu, prenez vos gains lorsque votre objectif est atteint. Si votre anticipation de mouvement n’a pas eu lieu, il est préférable de « déboucler sa position », c’est-à-dire de revendre ses warrants et prendre en compte une moins-value plutôt que de voir la totalité de son investissement disparaître en attendant un hypothétique rebond.

 

21/Ne pas moyenner à la baisse

Si le marché a fortement fluctué depuis votre décision d’investissement, il se peut que le warrant que vous avez choisi ne soit plus adapté. S’il a perdu beaucoup de Valeur-Temps, son Delta peut ne plus être suffisamment élevé pour optimiser votre placement. Il vaut mieux vendre votre warrant pour vous reporter sur un produit qui correspond mieux aux nouvelles conditions de marché.

 

22/ Attention aux calculs de performance du warrant

Vérifiez que les cours du warrant pris en référence pour le calcul de sa performance entre 2 séances correspondent bien à la fourchette à la clôture de la 1er séance et à son prix actuel, c’est à dire son carnet d’ordre. Si ce sont les dernières transactions du premier et du second qui servent de base de calcul, les données peuvent être erronées. Les sites Internet d’informations financières donnent souvent, sur ce point, des performances trompeuses.

 

23/ Calculez son pas de cotation !

Le pas de cotation vous permet de savoir de combien doit varier le sous-jacent en euros ou en points (pour les indices) pour que le warrant gagne ou perde 1 centime. Pas de cotation = 1 / ((Delta*100)/Parité). Si le pas de cotation est 60 cents, cela signifie qu’il faut une variation de 60 cents sur le sous-jacent pour que le warrant gagne 1 centime.

 

24/ Revendez votre warrant avant sa radiation de la cote

Les warrants sont radiés de la cote 5 jours ouvrés avant la date de maturité (6 jours si l’on compte la date de maturité elle-même), il est impératif de les revendre sur le marché avant la clôture du 6ème jour ouvré avant la date d’échéance. Après cette date, vous ne pouvez que les exercer.

 

25/ Mieux vaut acheter puis revendre ses warrants sur Euronext plutôt que de les exercer

Lorsque vous exercez un warrant, c’est à dire lorsque vous profitez de votre droit d’acheter ou de vendre le sous-jacent au prix d’exercice, vous recevez la valeur intrinsèque du warrant mais vous perdez ce qui reste de valeur temps.

 

26/ En cas d’exercice à maturité, calculez la valeur intrinsèque !

Si vous n’avez pas revendu votre warrant avant sa radiation et qu’il est dans la monnaie vous pouvez soit l’exercer soit attendre l’exercice automatique à maturité. Dans ce cas vous recevez sa valeur intrinsèque automatiquement à l’échéance. Vous pouvez calculer son montant facilement  : pour un Call, il suffit de soustraire le prix d’exercice au cours du sous-jacent à la clôture le jour de l’échéance (soustraire le cours du sous-jacent au prix d’exercice dans le cas d’un Put) et de diviser le tout par la parité. Si le sous-jacent est libellé dans une monnaie étrangère il faut aussi convertir le résultat obtenu en euros.

 

27/ Réservation à la hausse et à la baisse

En cas de fortes fluctuations les warrants suivent les même règles que les actions : la salle de surveillance d’Euronext les réserve à la hausse et à la baisse. Dans ce cas, le carnet d’ordre est ouvert mais les transactions sont impossibles. Il faut généralement un délai de 3 minutes à Euronext pour réouvrir le warrant afin que les cotations reprennent normalement

 

28/ Fiscalité : 26 %

Les plus values sur les warrants sont imposables à 26 %. Ils ne sont pas éligibles au PEA. En revanche, ils ne sont pas éligibles à l’impôt de bourse.

 

29/ Ils ne font pas tourner le seuil de cession sur actions

Les warrants ne rentrent pas en compte dans le calcul des seuils de cession sur actions. Vous pouvez néanmoins déduire des plus-values faites sur warrants les moins-values sur actions faites au-delà du seuil de cession et vice-versa. Cette compensation est possible pendant 10 ans depuis le 1er janvier 2002.

 

30/ Enfin, suivez vos positions !

Intervenir sur le marché des warrants suppose de pouvoir suivre régulièrement ses positions, si possible chaque jour. Certains warrants sont moins spéculatifs que d’autres, comme les warrants dans la monnaie ou les warrants de maturité longue. Mais leurs perspectives de rendement seront en principe plus modérées. N’hésitez pas à revendre vos warrants si vous ne pouvez pas suivre vos positions pendant un certain temps.

 

* Données à titre indicatif pour volatilité constante. Ces conseils peuvent être légèrement différents en fonction des caractéristiques des sous-jacents.
** 0800 80 10 80 (l’appel est gratuit)
Abonnement Strike Magazine
Strike Magazine

Pour recevoir chaque mois Strike, le magazine des produits de Bourse Commerzbank

Abonnez-vous gratuitement