Archives : Dossier

Comment choisir son Turbo sur le CAC ?

Après avoir été en 1997 le premier émetteur à lister en Bourse de Paris des certificats « reverse », Commerzbank a récidivé en avril 2007 avec un produit innovant : les Turbos Illimités. Plus récemment Commerzbank a complété sa gamme avec les Turbos dits « classiques ».

Les Turbos Illimités, comme leur nom l’indique, n’ont pas de durée de vie limitée dans le temps. Les Turbos dits « classiques » sont de type BEST : barrière égale à strike et ont, de leur côté, une date de maturité. Les BEST peuvent disposer d’un effet de levier encore plus important que les Turbos Illimités car le cours du sous-jacent peut se rapprocher au plus près du strike. Devant ces 2 types de Turbos qui ont chacun leur avantages et leurs inconvénients, il est parfois difficile de faire son choix.  Comment différencier les Turbos Illimités et les Turbos dits classiques ? Quelle sera la performance d’une stratégie similaire sur un Turbo dit classique et sur un Turbo Illimité ?

La valorisation des Turbos dits classiques et des Turbos Illimités est très proche. La composante fondamentale est la différence entre la valeur du sous-jacent et le strike (prix d’exercice). Comme pour les Warrants, il existe 2 types de Turbos : les Turbos Calls et les Turbo Puts.

Les Turbos Calls permettent de profiter de la hausse du sous-jacent.

Cours Turbo Call Illimité

= (sous-jacent – Strike) / parité

Cours Turbo Call « classique »

= [(sous-jacent ajusté de la base + facteur de risque) – Strike] / parité

Inversement, les Turbo Puts permettent de profiter de la baisse du sous-jacent.

Cours Turbo Put Illimité

=  (strike –sous-jacent) / parité

Cours Turbo Put « classique »

= [strike – (sous-jacent ajusté de la base + facteur de risque)] /  parité

Prenons un exemple pour illustrer les performances respectives des Turbos Illimités et des Turbos dits classiques. Soit deux turbos ayant des prix d’exercice autour de 3800 points. Le CAC 40 vaut 4100 points. Le Turbo Call classique 4001Z de strike (barrière) 3800 et de maturité 20 mars 2009 vaut 3.60 euros (parité 100/1). Comparons-le au Turbo Call Illimité 4543Z de strike 3795 et de barrière 3873. Il vaut 0.31 (parité est de 1000/1).

Si la barrière n’est pas touchée, à la hausse comme à la baisse :

La variation de prix théorique du prix d’un Turbo dit « classique » et d’un Turbo Illimité se calcule aisément. Supposons que le CAC varie de 50 points.

Pour un Turbo classique : 50 points / 100 (la parité)  = 0.50 euros.

Pour un Turbo Illimité la variation sera de : 50 points / 1000 = 0.05 euros.

On remarque donc que l’effet de levier est de 16 % (0.05/0.30= +16%) pour le Turbo Illimité 4543Z et légèrement supérieur à celui du Turbo classique (0.50/3.6 = +14%).

Sur les Turbos Illimités, nous avons omis de prendre en compte l’évolution de son prix d’exercice. Ce dernier évolue de manière quasi linéaire à un taux Compris entre 1% de 7% par an (1). La progression du prix d’exercice a pour conséquence une baisse du prix du Turbo Call Illimité mais le fera monter dans le cas d’un Turbo Put Illimité. Pour vous donner une idée, il faudra 3 semaines pour que le Turbo Call Illimité perde 1 centime, ce qui est relativement faible.

Sur les Turbos dits classiques, le calcul est un peu plus complexe car il fait intervenir les notions de « base » et de « facteur de risque ». Dans notre exemple nous avons supposé que la base (différence entre l’indice comptant et l’indice future) et que le facteur de risque (risque de chute brutale du sous-jacent sous le prix d’exercice du Turbo dit classique) étaient stables. Ces hypothèses sont réalistes sur un court laps de temps. Sur une période plus longue il faudra prendre en compte ces éléments pour pouvoir comparer les performances des Turbos Illimités et des Turbos dits classiques.

Si la barrière du Turbo est touchée :

Si le CAC40 touche la barrière du Turbo Illimité (3873 points), le Turbo Illimité est désactivé et l’investisseur reçoit au maximum la différence entre la barrière et le strike. Le Turbo « classique », lui, ne sera pas désactivé tout de suite et pourra continuer à être échangé normalement jusqu’à son strike de 3800 points qui fait également office de barrière désactivante mais à un niveau plus bas. Il est important de souligner qu’au plus proche de la barrière l’effet de levier est au maximum.

En revanche, si le CAC40 touche la barrière ou le strike du Turbo « classique », le produit est désactivé et l’investisseur ne reçoit aucune valeur de remboursement.

Caractéristiques des Turbos « classiques » et des Turbos Illimités :

archive CAC EP 0908

Les Turbos Illimités présentent le double avantage de ne pas avoir de maturité ou de date de fin de vie, ni de sensibilité à la variation volatilité implicite. Cela signifie que l’on peut garder une position sur un turbo Illimité pendant plus longtemps sans nécessairement avoir besoin de rouler sa position sur un autre produit et de perdre donc le « spread », soit la différence entre le prix d’achat et le prix de vente. Il présente ainsi les caractéristiques idéales d’un instrument de couverture. Le temps valorisant le Turbo Put Illimité, vous pouvez gagner de l’argent même si le sous-jacent ne bouge pas.

Autre caractéristique, la barrière désactivante qui est différente du niveau strike. Cette caractéristique peut être considérée comme un avantage ou comme un inconvénient.

Les Turbos Illimités sur le CAC40 ont par exemple une Barrière qui se situe à environ 80 points du prix d’exercice. Cela vous permet, si le CAC40 n’évolue pas dans le sens attendu, de recevoir une valeur de remboursement si le cours du CAC40 touche la barrière. Autrement dit, si vous vous trompez, la barrière désactivante agit comme un garde fou. L’investisseur est en quelque sorte forcé à vendre sa position lorsque la valeur du produit se rapproche de zéro (7 ou 8 centimes). D’un autre côté cette vente forcée peut se révéler désavantageuse : si le cours du sous-jacent remonte alors que le produit vient d’être désactivé, cela aura seulement contraint le détenteur du produit à vendre à un niveau proche des niveaux les plus bas. Question de point de vue.

Cela fait du Turbo Illimité un instrument adapté pour les investisseurs qui ont du mal à vendre leur position s’ils se sont trompés. Et nos lecteurs savent bien qu’il est parfois difficile de se séparer d’une position perdante alors que c’est précisément  lorsque l’on sait vendre une position perdante que l’on est à même de respecter les règles élémentaires de Trading (2).

Face à ces nombreux avantages, les Turbos dits classiques ne sont pas en reste. Ils sont peu sensibles au passage du temps et peuvent être choisis de telle sorte que le prix d’exercice (et donc la barrière) soit au plus près du cours du sous-jacent. Cette caractéristique permet au Turbo « classique »  d’avoir un effet de levier supérieur à un Turbo Illimité. En outre, la parité des Turbos est inférieure, ce qui signifie que leur pas de cotation est plus réduit (car ils sont dix fois plus chers parité 100/1 contre parité de 1000/1 sur les turbos Illimités) : 1 point de gagné sur le CAC40 signifie 1 centime de gagné sur le Turbo.

En conclusion, les Turbos sont tout à fait adaptés aux investisseurs actifs qui cherchent à bénéficier de petits mouvements de marché. Ils constituent également un excellent support d’investissement pour un investissement à moyen terme grâce à leur positionnement avantageux quant au passage du temps à condition de bien faire attention à la maturité du produit. Les Turbos Illimités sont l’instrument idéal si vous avez un objectif de mouvement sur un sous-jacent sans avoir forcément un horizon d’investissement précis notamment lorsque l’on  souhaite couvrir son portefeuille.

 

(1) Pour plus d’informations concernant les Taux d’intérêt appliqués au Turbos Illimités, consultez les conditions définitives.
 (2) Une règle de Trading parmi d’autres consiste à fixer une tolérance à la perte en rapport avec son objectif de gain. Par exemple si l’on a un objectif de gain de + 20 € sur un produit on acceptera de perdre entre 1/3 et ½ de son objectif soit entre – 6.6 € et – 10 €. Au-delà, on vendra sa position même perdante. Cette règle permet de gagner de l’argent même lorsque l’on a raison qu’une fois sur deux ou une fois sur trois.

 

Abonnement Strike Magazine
Strike Magazine

Pour recevoir chaque mois Strike, le magazine des produits de Bourse Commerzbank

Abonnez-vous gratuitement