Archives : L'analyse

L’Australie et son dollar corrélé

zonebourse

Sur le marché du Forex, les projecteurs sont principalement braqués sur les devises majeures. Le dollar se situe bien entendu comme la monnaie la plus traitée avec l’euro et le yen.

En parallèle  de ces fortes positions, les devises « Commodity » peuvent connaître des variations erratiques en fonction d’éléments macroéconomiques domestiques, bien sûr, mais aussi en fonction des éléments exogènes à leur situation économique comme la volatilité sur le prix des matières premières.

Il existe dans ce cas une véritable corrélation avec ce type de sous-jacents. D’une manière générale, les opérateurs évoquent une corrélation positive, quand deux actifs financiers évoluent dans la même direction. En revanche, lorsque leurs trajectoires s’inversent, il convient de parler d’une corrélation négative comme souvent l’or et le billet vert.

Le dollar australien, appelé ainsi depuis 1966, constitue la sixième monnaie de réserve dans le monde, pour un PIB qui ne représente que 2 % de la richesse mondiale. L’Australie se veut un pays riche en ressources naturelles (charbon, métaux précieux) ce qui fait que la devise possède une corrélation positive avec l’évolution de matières premières dont l’or. En effet, les phases de hausse de prix de ces ressources minières aident à la progression de l’Aussie alors que les tendances baissières de ces dernières entraînent une forte pression sur la monnaie de l’ile-continent.

Affecté par une banque centrale très active, le dollar australien s’était inscrit dans une puissante tendance négative du fait de la baisse graduelle des taux. La RBA a procédé à 10 baisses en 5 ans passant son taux directeur de 4.75 % à 1.5 %, afin de maintenir le pays dans une dynamique de croissance alors que l’ensemble des prix des matières premières se trouvaient dans une large phase de correction.

L’inflation faible a justifié, une fois de plus, les interventions à deux reprises en 2016 de l’institut ramenant la référence monétaire à son point bas actuel. Néanmoins, depuis quelques semaines, les vents contraires sur les prix des matières premières s’apaisent, ce qui redonne de l’élan à la devise australienne qui gagne depuis le début d’année plus de 4 % face au dollar américain.

Il n’en demeure pas moins que ce « pays continent » sera bientôt confronté à la fin graduelle de l’âge d’or minier, avec notamment des réserves de charbon qui devraient s’épuiser d’ici 10 à 15 ans et qu’il lui faudra, économiquement, chercher de nouveaux moteurs de croissance.

Article tiré du magazine Strike 174 / Novembre 2016

Abonnement Strike Magazine
Strike Magazine

Pour recevoir chaque mois Strike, le magazine des produits de Bourse Commerzbank

Abonnez-vous gratuitement