Actions

Les actions

Daimler 

Un déploiement efficace

Poids lourd du secteur automobile, Daimler figure parmi les premiers constructeurs mondiaux. Le groupe a réalisé une année 2017 record en écoulant près de 2,3 millions de voitures avec sa marque phare Mercedes-Benz (soit une hausse notable de près de 10% par rapport à 2016). Le constructeur s’adjuge ainsi la première place des ventes de voitures haut de gamme, devant BMW (2,1 millions) et Audi (1,9 million).

Pour autant, malgré un secteur toujours impacté par les retombées du scandale Volkswagen et par des contraintes règlementaires de plus en plus intenses, le groupe germanique ne compte pas rétrograder et avance des guidances intéressantes, centrées sur l’essor de l’électrique, des services de mobilité et des voitures autonomes. La marque allemande maintient ainsi sa volonté de passer au 100% électrique en Europe et en Amérique du Nord d’ici 2020, sous la bannière Smart. En outre, Daimler demeure bien positionné sur le segment des voitures autonomes et déploie des moyens importants pour pénétrer le marché des VTC, ce qui pourrait lui permettre de trouver un nouveau relai de croissance en cas de frictions des deux ensembles. A ce titre, le constructeur allemand pourrait disposer d’une flotte de taxis autonomes dès 2020.

Il convient par ailleurs de souligner que le groupe profitera à plus court terme de la réforme fiscale américaine, via une sensible baisse d’impôts de sa filiale américaine. Le résultat consolidé sera ainsi mécaniquement impacté de manière positive. Les révisions à la hausse des estimations de BNA durant ces derniers mois témoignent de la prise en compte de ces nouvelles données. Le consensus des analystes reste d’ailleurs confiant sur le titre, avec un objectif de cours moyen de l’ordre de 77€.

D’un point de vue graphique, en données hebdomadaires, les prix se sont affranchis d’une ligne de résistance importante à 73 euros, libérant ainsi un potentiel d’appréciation non négligeable pour les acheteurs qui peuvent prétendre revoir prochainement la zone des 77€ (qui permettrait de fermer le gap du 4 janvier 2016). On visera dans un second temps la prochaine résistance à 80€.

Jordan Dufee Analyse réalisée le 23/01/2018
© 2017 Zonebourse.com

Ubisoft

Consolide sa position sur un marché lucratif

Ubisoft figure parmi les leaders mondiaux du développement et de l’édition de logiciels de jeux vidéo interactifs destinés aux consoles de jeux, aux PC mais aussi aux smartphones et tablettes. Portée par un portefeuille de licences phares (telles que Far Cry, Assassins’s Creed, Watch Dogs…), force est de reconnaître que la société d’édition parvient à fidéliser chaque année sa communauté de joueurs et demeure capable d’en séduire de plus en plus via des lancements qui se veulent ambitieux compte tenu du niveau de développement des nouvelles créations. Cette capacité à créer de multiples franchises à succès plaît aux investisseurs, en atteste la progression des cours depuis le 1er janvier d’un peu plus de 7%.

La majorité du chiffre d’affaires du groupe s’établit autour des jeux pour consoles de salon (à hauteur de 75% du CA) et pour PC (15% du CA). Pour autant, il convient d’apprécier la volonté d’Ubisoft d’accentuer sa présence sur d’autres plateformes telles que les mobiles et tablettes, permettant alors au groupe d’accélérer sa stratégie de digitalisation des ventes mais aussi de diversifier son catalogue de jeux. L’alliance avec le géant Tencent va dans ce sens et permettrait à l’éditeur français de consolider fortement sa position sur ce marché extrêmement lucratif.

Par ailleurs, la marge du groupe ne cesse de progresser grâce à l’intensification des ventes dématérialisées (via des plateformes de téléchargement), nouveau canal de distribution favorable aux éditeurs. Celle-ci devrait s’établir autour de 16.5% cette année (contre 15.9% un an plus tôt) et pourrait dépasser les 20% pour le prochain exercice.

En termes de perspectives, Ubisoft vise un chiffre d’affaires pour l’exercice 2018-2019 d’environ 2100 millions d’euros et un free cash-flows de l’ordre de 300 millions d’euros. Enfin, malgré la progression des cours, une prise de contrôle par Vivendi n’est toujours pas à exclure.

Techniquement, en données hebdomadaires, les cours évoluent non loin de leur plus haut historique à 70 euros. Compte tenu des perspectives favorables qu’offre la société, on profitera de tout repli ou excursion dans la zone des 65 euros pour payer le titre et viser les derniers plus hauts dans un premier temps. On pourra ensuite miser sur une poursuite du trend primaire en direction des 80 euros.

Jordan Dufee Analyse réalisée le 23/01/2018
© 2017 Zonebourse.com

Article tiré du magazine Strike 188 / Février  2018

Abonnement Strike Magazine
Strike Magazine

Pour recevoir chaque mois Strike, le magazine des produits de Bourse Commerzbank

Abonnez-vous gratuitement