Dossier

Les indicateurs économiques : comment s’orienter dans cet univers complexe !

« Le PIB est en hausse de 0,5% pour le premier trimestre de l’année », cela semble être plutôt une bonne nouvelle mais qu’est-ce que cela signifie réellement ? L’univers des chiffres est grand et les rendez-vous sont quotidiens ; découvrons-les dans cette première partie.

Tous les opérateurs des marchés en général et les investisseurs en particulier utilisent les indicateurs macroéconomiques. Ils forment un état des lieux, à un instant T, des différentes composantes de l’économie. Plus que le niveau proprement dit de ces indicateurs, il faut observer leur évolution dans le temps et l’éventuelle différence des données publiées avec ce qu’attendent les spécialistes. Plus cette différence est importante plus l’effet de surprise qui en découle est susceptible d’avoir un impact sur l’évolution à la hausse ou à la baisse du marché.

Ce sont les Etats-Unis le premier fournisseur de ces chiffres, même si de ce côté-ci de l’atlantique on en a créé des comparables au fil des années. Nous vous proposons  d’en découvrir les principaux dont l’évolution est primordiale pour les marchés.

Le PIB

Quand il s’agit de savoir si un pays connait une période de croissance économique, les opérateurs font référence à l’évolution du PIB. En effet, un pays dont le PIB est en hausse offre un marché favorable pour ses entreprises qui seront susceptibles de voir augmenter leurs profits. A contrario, une baisse du taux de croissance du PIB ou une récession pourrait être le point de départ d’une phase de correction sur les marchés financiers.

Les chiffres du chômage

Concernant le marché du travail, une des premières préoccupations des économistes et par conséquent des acteurs des marchés, ce sont deux chiffres phares : le taux de chômage et les inscriptions aux allocations chômage.

Aux Etats-Unis, un indicateur additionnel est publié par le Bureau of Labor Statistics : le US Non Farm Payrolls. Il représente le nombre d’emplois gagnés ou perdus au cours du mois précédent dans le secteur non-agricole, d’après les registres du personnel. L’ensemble de la population active est prise en compte hormis les travailleurs agricoles, les employés des ménages privés, les organisations à but non lucratif et le gouvernement. Avec une forte influence sur les marchés financiers et particulièrement sur le cours de l’Euro Dollar, ce chiffre est publié tous les 1er vendredi du mois et révisé deux fois après sa publication de manière parfois conséquente.

Les indices de confiance

D’autres indicateurs sont observés par les investisseurs afin de connaître le sentiment des consommateurs : l’indice Michigan, souvent considéré plus précis que celui calculé par le Consumer Conference Board, ou l’IFO, version européenne de l’indice de confiance établi à partir des questions posées aux dirigeants et chefs d’entreprises allemandes.

La méthode de calcul est différente :

  • Indice Michigan: environ 500 ménages américains répondent à 50 questions
  • Consumer Confidence Index: 5 questions sont posées à un échantillon de 5 000 ménages américains
  • Empire State Manufacturing: ce sont près de 200 dirigeants d’entreprise qui doivent évaluer l’évolution du climat des affaires sur les 6 mois passés et les 6 mois à venir
  • IFO (Allemand): 7 000 chefs d’entreprise et dirigeants interrogés sur les 3 thèmes: climat des affaires, situation actuelle et les anticipations pour les 6 mois à venir
  • ZEW (Allemand): 300 à 350 économistes et analystes donnent leurs avis (positif ou négatif) quant à l’avenir de l’activité économique des 6 mois à venir en Allemagne.

Contrairement à l’indice Michigan, calculé par le département de recherche de l’université du Michigan, l’indice Empire State est le résultat d’un sondage élaboré et envoyé par la Federal Reserve de New York, les dirigeants venant des entreprises de l’état de New York. Une association indépendante de recherche, le Conference Board, est responsable du Consumer Confidence Index. Pour les versions européennes, ce sont des instituts de recherche économique qui s’engagent à récolter les réponses et à publier les indicateurs : l’Institut Für Wirtschaftsforschung pour l’IFO et le Zentrum für Europäische Wirtschaftsforschung pour le ZEW.

Tous ces indicateurs de confiance sont publiés mensuellement même si aux Etats-Unis un agenda précis est défini :

  • L’Indice Michigan pour le mois est publié le premier du mois suivant ; une première estimation est disponible autour du 10 du mois en cours à 10h00.
  • Le Consumer Confidence Index est diffusé à 10h00 le dernier mardi de chaque
  • L’Empire State Manufacturing est délivré tous les mois autour du

Les investisseurs regardent très attentivement ces chiffres car un indice élevé de confiance des consommateurs peut anticiper une hausse des dépenses des ménages et par conséquent, une augmentation des bénéfices des entreprises. Parmi eux, l’Indice Michigan et le IFO sont les plus observés en raison de l’influence qu’ils peuvent avoir sur les marchés financiers ; l’Allemagne étant une des premières économies en Europe, le IFO peut avoir une influence sur le cours de l’Euro.

L’inflation

Du côté des institutions publiques et des banques centrales, c’est l’inflation qui est source de préoccupation ; elle est d’ailleurs utilisée comme référence pour le respect du critère de convergence des prix dans la zone Euro. L’inflation et donc le pouvoir d’achat sont évalués à partir de l’Indice des Prix à la Consommation (IPC).

Où retrouver ces chiffres ?

Tous ces indicateurs sont disponibles dans la rubrique Actualités – Agenda Economique de notre site où vous pouvez retrouver le jour et l’heure de publication ainsi que les consensus et les chiffres précédents. Des sites d’informations financières, comme Zonebourse par exemple, ou des courtiers, comme Boursorama, proposent des rubriques dédiées aux indicateurs économiques.

 

Article tiré du magazine Strike 183 / Septembre 2017

Abonnement Strike Magazine
Strike Magazine

Pour recevoir chaque mois Strike, le magazine des produits de Bourse Commerzbank

Abonnez-vous gratuitement