Édito

L’indice IFO nouvelle formule : ne soyez pas surpris!

Cette semaine (24 avril), le célèbre indice mesurant le climat des affaires en Allemagne, l’indice IFO sera publié sous une nouvelle forme. Il intégrera dorénavant un nouveau secteur dans son calcul :
les services, alors qu’il faisait jusqu’alors l’objet d’un calcul séparé. De plus, l’IFO change l’année de base du calcul de son indice, ce qui a pour conséquence son recul d’environ 9 points…
Non, rassurez-vous, l’économie allemande n’est pas en train de s’effondrer ! D’autres modifications apportées à la méthode d’agrégation sont plus anecdotiques.Le nouvel indice sera un peu moins volatil que le précédent mais restera un indicateur avancé très suivi et donc tout aussi important pour l’analyse de la santé de l’économie allemande. Il faudra l’appeler « l’indice IFO du climat des affaires » et plus « l’indice IFO du climat des affaires dans l’industrie et le commerce » !Revue des détails de ce que cache cette nouvelle appellation :Depuis 2005, l’institut IFO (abréviation de Leibniz Institut Für Wirtschaftsforschung an der Universität München e.V.) publiait un indice pour le secteur des services en plus de celui consacré au climat des affaires « traditionnel » dont l’objet était l’industrie et le commerce (fabrication, construction, commerce de gros et de détail). Les deux indices sont donc réunis ce 24 avril dans « L’indice IFO du climat des affaires » afin de mieux évaluer la santé de l’économie allemande dans son ensemble.Le secteur des services représentera pas moins de 50 % du nouvel indice tandis que la pondération du secteur manufacturier sera logiquement divisée par deux par rapport à l’indice précédent, à un peu plus de 30 %. Il en va de même pour la construction (6 % à l’avenir) et le commerce de gros et de détail qui seront combinés à l’avenir avec un solide 13 % de l’ensemble.
Enfin, comme cela a souvent été le cas par le passé, l’IFO fait coïncider l’année de référence de son indice avec celle des indices de production et de commandes de l’Office Fédéral de la Statistique d’Allemagne. La base 100 ne prendra donc plus pour origine l’année 2005 mais l’année 2015.
Toute chose égale par ailleurs, l’indice précédent ayant été à un niveau bien supérieur à 100 en 2015, le nouvel indice sera inférieur à l’ancien, même si cela n’a aucune incidence sur son contenu ou aucune importance pour son analyse sauf pour l’analyste qui n’aurait pas été mis au courant…La différence, donc, sera d’environ 9 points ! De quoi surprendre le non initié… D’autres changements mineurs sont attendus, notamment dans la pondération des sous-secteurs comme celui manufacturier par exemple, qui est maintenant agrégé sur la base de sa valeur brute en 2015
(et non plus en 2005).

Thibaud Renoult

Article tiré du magazine Strike 191 / Mai 2018

Abonnement Strike Magazine
Strike Magazine

Pour recevoir chaque mois Strike, le magazine des produits de Bourse Commerzbank

Abonnez-vous gratuitement